Violences et victimation PDF

Sauter à la navigation Sauter à la recherche Article connexe : Violences et victimation PDF en France. La violence en France concerne les actes de violence commis en France.


La question de la violence et de son traitement est une préoccupation sociale de plus en plus grande, qui suscite des débats passionnés. A cette question, la psychologie est tenue de répondre. De la violence en effet, on parle de plus en plus, ce qui n’empêche semble-t-il nullement le surgissement de ses diverses manifestations : guerre, tortures, terrorisme, violences de la rue, violences sexuelles, conjugales, physiques et/ou psychiques, violences de la société, violences symboliques, violences dans les entreprises, harcèlement, licenciements de masse, prédominance de la réussite économique sur l’harmonie des relations humaines, etc. Ces violences sont agies ou subies, elles sont le fait de sujets qui répondent parfois à des contraintes psychiques, pulsionnelles, interpersonnelles, sociales. Comment les psychologues considèrent-ils les manifestations de la violence auxquelles ils ont affaire, comment en envisagent-ils le traitement, quelles peuvent être les solutions aux niveaux individuel et collectif ? De l’engrenage de la destruction guerrière au déchaînement d’une jouissance qui ne serait plus interdite, du passage à l’acte psychopathique à la mise en acte d’un scénario pervers, de la banalisation de l’agression à la préméditation d’un crime, la violence engage des êtres humains dans des rôles dont ils deviennent souvent les acteurs involontaires. Bourreaux et victimes sont liés par les faits sur une scène où le réel se mélange à la face la plus sombre de l’imaginaire.

Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Le rapport de novembre 2011 de l’ONDRP met en avant une enquête annuelle de victimation baptisée  Cadre de vie et sécurité , qui a été réalisée en France métropolitaine entre janvier et avril 2011, auprès d’un échantillon représentatif d’environ 17 000 ménages. Selon une enquête conjointe de l’ONDRP et de l’Insee publiée en novembre 2010 portant sur 16 000 ménages s’étant déclaré  victime , les atteintes aux biens ont diminué, tandis que les violences ont augmenté, entraînant une légère hausse du sentiment d’insécurité. Sur la période 2006-2009, le nombre de ménages se déclarant victimes et le nombre de vols et tentatives de vols subis sont en baisse très significative. Le nombre de faits est passé de plus de 3 millions en 2006 à 2,8 millions en 2009.

Sur les atteintes aux biens, les sondés ont déposé environ 1,5 million de plaintes en 2009, un chiffre équivalent à celui déclaré par les forces de l’ordre. Le nombre des voitures brûlées en 2010, vraisemblablement en baisse par rapport à 2009, se situe entre 41 000 et 43 000. France sont relatifs à la violence scolaire et celle des mineurs. D’après le rapport 2010 de l’ONDRP, il y a eu environ 200 000 mineurs impliqués dans des crimes et délits entre 2009 et 2010.