Un verre a deux PDF

Sauter à la navigation Sauter à la recherche L’histoire du verre remonte à la Préhistoire : en 100 000 av. Le verre est un corps dur, homogène, inaltérable, élastique, fragile, un verre a deux PDF cristallin, qui provient du refroidissement rapide de certaines substances après fusion.


Un recueil de poésie trente ans d’amours en prose
Pour adulte toutefois

UNE DOUCE VODKA
UN GOUT D’ORANGE
QUI CACHE LA VODK
A UN VERRE DES GLA
CONS ET LA VIE QUE
TU BOIS , NE VIDE PAS
TON VERRE TROP VIT
E CAR CE POISON C’ES
T TA VIE

UN REFLET
un reflet sur le chrome
tes yeux verts
la bière qui coule
tes cheveux noir
mon verre
plein de ton amour
le cendrier plein de cendres
et sur le zinc nous deux qui partons en fumée

Il est opaque, translucide ou transparent, malléable à chaud et susceptible d’un poli parfait. Le verre existe déjà naturellement depuis plusieurs centaines de milliers d’années. Les fours permettent d’obtenir de plus hautes températures, la matière est mieux affinée. C’est une substance vitreuse qui est constituée d’un produit incolore, le fondant, que l’on teint dans la masse en ajoutant certains oxydes métalliques.

L’art de la fabrication du verre translucide est très certainement issu de l’art de la céramique. L’émaillage excessif des terres cuites donne des coulures qui se détachent et forment des gouttes colorées plus ou moins transparentes sur la sole du four. L’application de fils de verre façonnés en zigzag ou en guirlande sur un corps en argile, permet de décorer des contenants à huile parfumée ou à vin, telle l’œnochoé. Durant l’époque hellénistique sous le règne de Philippe II de Macédoine, le verre est rendu transparent par l’adjonction de dioxyde de manganèse qui purifie le verre en éliminant les oxydes qui le coloraient jusque-là. Cette découverte entraîne la naissance d’une forte industrie de verre creux.

Il est ensuite refondu dans des  fours secondaires  pour la mise en forme par soufflage. La variété des formes est typique du verre romain, tant pour les récipients à boire que pour ceux destinés à la conservation ou pour le service des mets. Les différents décors sont obtenus par moulage ou façonnage à chaud de l’objet, grâce à l’application de filets, pastilles ou autres appendices en verre coloré ou non. Grâce au soufflage à la canne, l’artisan est à bonne distance de la source de chaleur et il peut donner forme à des pièces de plusieurs dizaines de centimètres. Il est obtenu en ajoutant du manganèse, qui joue le rôle de purificateur.

La teinte naturelle du verre, bleu verdâtre, est due à la présence d’oxydes métalliques contenus dans le sable qui sert à sa fabrication. Le verre plat ne prit son essor qu’à partir de l’invention de ce nouveau procédé. Il s’agit d’abord d’un vase soufflé à fond plat que l’on fait ensuite tourner face à l’ouverture d’un four, la force centrifuge transformant la paraison en un plateau circulaire. C’est un cylindre de verre obtenu par l’allongement de la paraison cueillie par le verrier, puis fendue, ramollie et aplatie sur une  étenderie .