Traité de stratégie PDF

Traité de stratégie PDF Royaumes francs après le partage de Verdun en 843. Moulage du sceau de Charles II le Chauve, roi de France. 1 – Archives Nationales – SC-B1.


Traditionnellement définie comme l’art du général ou la science des hautes parties de la guerre, la stratégie a connu un élargissement continu au cours du XXe siècle. Elle se développe maintenant en temps de paix comme en temps de guerre, la stratégie d’action a été doublée par une stratégie de dissuasion et la dimension opérationnelle a été enrichie par des dimensions technique, sociale et idéologique. Ce traité est le premier à tenter une approche globale de la stratégie dans toutes ses dimensions.

Louis le Pieux, les petits-fils de Charlemagne, se partagent ses territoires, l’empire carolingien, en trois royaumes. Le texte du traité, perdu, ne nous est pas connu. Fulda relatent cet événement d’une manière concise et imprécise. C’est à la suite de ce traité que la zone géographique appelée  Gaule  depuis plus de mille ans est désignée désormais sous le nom de  Francie occidentale , qui donnera le terme  France  ultérieurement. En 840, Lothaire est en fait en position de force par rapport à ses deux rivaux Louis et Charles. Cette stratégie fonctionne puisque le fils de Pépin, Pépin II d’Aquitaine, prend parti pour Lothaire. Louis le Germanique et son demi-frère Charles le Chauve, comprennent vite qu’ils doivent s’allier pour contrer les ambitions de Lothaire.

Il n’existe pas d’original ni de copie du traité de Verdun. Le traité fut un compromis qui affaiblissait considérablement la portée de l’idée impériale. L’identité qui avait existé sous Charlemagne et Louis le Pieux entre l’Empire et l’État franc disparaissait. Ce traité de hasard a déterminé tout le destin de l’Europe. Charles de Provence en 863, ses possessions sont partagées entre ses deux frères. Beaucoup d’historiens ont considéré ce traité comme l’acte de naissance des nations française et allemande mais à cette époque, les peuples compris dans les différents royaumes n’avaient pas un sentiment d’appartenance envers ces derniers. Les royaumes sont constitués de peuples qui ne partagent pas la même langue et la même culture et qui ne seront unis que plus tardivement.

Le jour exact du traité n’est pas connu. 10, il n’avait peut-être pas encore été conclu dans ses détails. Joseph Calmette, Trilogie de l’histoire de France – Le Moyen Âge, Fayard, 1952, p. Journées d’études meusiennes, 5-6 octobre 1974, Université de Nancy, p. La succession de Charlemagne et le traité de Verdun de Ph.