Sport et genre : Volume 3, Apprentissage du genre et institutions éducatives PDF

Sport et genre : Volume 3, Apprentissage du genre et institutions éducatives PDF psychologie du développement est une branche de la psychologie. La psychologie du développement a vu sa définition changer et évoluer au cours des décennies. La discipline est très productive, ayant de nombreux champs de recherche, journaux et sociétés dans le monde entier.


Au-delà de son rôle dans la définition des contours de la féminité et de la masculinité idéales, le sport participe à la mise en place des signes, pratiques et symboles qui dénotent une appartenance identitaire et fondent un type de relation (pouvoir, hiérarchie…) entre les sexes ou au sein de chacun des sexes. Ces mécanismes complexes ont eux-mêmes une histoire. Le 1 1e carrefour d’histoire du sport, tenu à Lyon du 28 au 30 octobre 2004 à l’initiative du CRIS (Centre de Recherche et d’Innovation sur le Sport) de l’Université Claude Bernard, en a fait son thème d’études. Le présent ouvrage, qui questionne la construction des identités sexuelles et l’apprentissage des rapports sociaux de sexe au sein des organisations éducatives, constitue le troisième volume des actes de ces journées. Le premier La conquête d’une citadelle masculine présente la manière différenciée dont les femmes ont progressivement conquis l’institution sportive et ont su s’arranger des résistances masculines. Le second Excellence féminine et masculinité hégémonique explore les définitions idéales de l’athlète homme et interroge la manière dont certaines sportives ont su s’engager dans d’autres voies pour, à leur tour, présenter des modèles de réussite. Le dernier Objets, arts et médias s’intéresse enfin aux multiples relais, véhicules et détails qui, dans le monde du sport ou s’en inspirant, contribuent à renforcer ou perpétuer les normes du genre.

Les thèmes d’étude et les méthodes de la psychologie du développement ne cessent de se multiplier et se diversifier. C’est une discipline hétérogène dans ses théories qui ne sont pas toutes intégrées entre elles. La théorie du développement psychosocial de E. Peut-on intégrer les différentes théories de la psychologie du développement ? Des monographies apparaissent alors, dans lesquels les auteurs expliquent ce qu’ils observent chez l’enfant, sans que cela relève d’une démarche scientifique . Dans la perspective évolutionniste qui émerge alors, l’intérêt pour la psychologie de l’individu en développement va prendre son essor. L’émergence d’un champ d’étude spécifique sur le développement de l’enfant est traditionnellement attribué à la publication du livre de Wilhlem ou William Preyer, physiologiste allemand, Die Seele des Kindes.

Les premiers journaux scientifiques entièrement dédiés à la psychologie du développement de l’enfant apparaissent dans les années 1890 : L’Année Psychologique, fondée par Alfred Binet en 1894, et Pedagogical Seminary fondé par G. Stanley Hall aux États-Unis en 1891. Articles détaillés : Histoire de la psychologie cognitive et Histoire de la psychanalyse. Alfred Binet en France, Édouard Claparède en Suisse, Ovide Decroly en Belgique, Maria Montessori en Italie. Par la suite, la notion de stade va émerger. Le développement de l’enfant semble en effet discontinu. L’activité mentale ne se développe pas sur un seul et même plan par une sorte d’accroissement continu.

Elle évolue de système en système. Les enfants passent désormais de plus en plus de temps à l’école et en formation. 1892 et ses écrits eurent une grande influence sur les éducateurs de l’époque. La psychologie du développement donne une large place à l’enfance puisque c’est la période de la vie où prennent place les principaux changement, ainsi que de très nombreux apprentissages et acquisitions de nouvelles habiletés. L’intérêt pour l’âge adulte est arrivé ensuite. L’étude du développement psychologique humain après l’enfance a débuté quelques décennies après les premières recherches sur le développement psychologique de l’enfant.

Cette nouvelle discipline consacrée à l’étude du vieillissement humain prend pour nom la gérontologie. Désormais, la psychologie du développement ne se définit plus seulement par des modèles d’acquisition d’habileté, de gain, mais porte aussi sur les pertes. Cette définition réfère aux changements ainsi qu’à la stabilité au cours du développement. Cette approche s’accompagne d’un intérêt pour les différences individuelles.

L’expression psychologie génétique a été utilisée dans un sens analogue, mais cette terminologie tombe en désuétude. Les périodes du développement humain sont toujours données de manière approximative. Elles ne peuvent être définies de manière absolue car les étapes du développement psycho-moteur et psychologique varient beaucoup en fonction des individus et des populations étudiées. L’âge adulte inclut toute la période de vie qui suit l’adolescence, jusqu’à la mort. Voir tableau « Âges de la vie » en fin d’article. Les approches diffèrent également parce qu’elles utilisent des méthodes différentes. Elles différent enfin parce qu’elles s’intéressent souvent à certaines périodes du développement plutôt qu’à d’autres.

Le développement de la perception débute dès la vie intra-utérine. Le développement perceptif est très précoce. Chez le nourrisson, on peut étudier le développement perceptif en s’appuyant sur sa mémoire et son attention, c’est le principe des paradigmes d’habituation. Gibson a étudié durant toute sa carrière le développement des systèmes perceptifs des nouveau-nés et des enfants.