Quelques Considérations sur la Girafe PDF

Saint-Hilaire est le nom d’un village près d’Étampes où quelques Considérations sur la Girafe PDF père avait fait l’acquisition d’une maison. Son père, Jean Gérard Geoffroy, est avocat auprès du parlement de Paris, et sa mère se nomme Marie Anne Thérèse Brizard. Le jeune Geoffroy Saint-Hilaire se destine d’abord à une carrière ecclésiastique. Il a comme professeur d’histoire naturelle, Mathurin Jacques Brisson.


Quelques Considérations sur la Girafe
Étienne Geoffroy Saint-Hilaire, naturaliste français (1772-1844)

Ce livre numérique présente «Quelques Considérations sur la Girafe», de Étienne Geoffroy Saint-Hilaire, édité en texte intégral. Une table des matières dynamique permet d’accéder directement aux différentes sections.

Table des Matières
-01- Présentation
-02- QUELQUES CONSIDÉRATIONS SUR LA GIRAFE
-03- NOTES

En 1794, il entame une correspondance avec Georges Cuvier. Peu de temps après l’embauche de Cuvier comme assistant au Muséum d’histoire naturelle, Geoffroy le reçoit dans sa maison. Ils signeront ensemble plusieurs mémoires d’histoire naturelle dont l’un, présente la classification des mammifères construite sur l’idée de subordination des caractères, fondement du système de classification de Cuvier. C’est dans son article sur l’Histoire des makis ou singes de Madagascar, écrit en 1795, que Geoffroy exprime pour la première fois ses vues sur l’unité du plan d’organisation des êtres vivants, conception qui sera constamment exprimée dans ses œuvres ultérieures. En 1798, Geoffroy est choisi pour participer à la grande expédition scientifique qui accompagne Bonaparte en Égypte.

Il a réussi à se procurer de curieux poissons de la Méditerranée et de la mer Rouge. Des poissons souvent identiques, qui incitent à prouver que jadis les deux mers n’en faisaient qu’une. Il va parvenir à rassembler la totalité des poissons du Nil. Parmi ceux-ci, le Polypterus bichir, une véritable nouveauté zoologique, qui aurait justifié à elle seule le voyage en Égypte. Ce poisson est exceptionnel par la manière dont les branchies s’ouvrent au-dehors et les sortes de bras qui soutiennent ses nageoires pectorales : on dirait les extrémités d’un mammifère.