Paysans du Berry : La vie des campagnes berrichonnes PDF

Cet article est une ébauche concernant une langue. Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion. Tertous euls paysans du Berry : La vie des campagnes berrichonnes PDF naquissont libres et parés catté d’la digneté et des drèts. Is tindont d’la radzon et unne aîme et is doévont s’aidier entermi ieux coume des frères.


Carte de la langue berrichonne et ses dialectes. Le berrichon est la langue d’oïl parlée dans la région du Berry, en France. Elle est le véhicule de la culture rurale de cette région, qui comprend une littérature orale et désormais écrite, des chansons et des légendes. Le berrichon est une langue d’oïl.

Elle s’est distinguée du reste des langues d’oïl durant le Moyen Âge. Jules Ferry ont amené le patois berrichon, comme beaucoup d’autres, à disparaître. Bien que n’ayant pas de grammaire officielle, le berrichon répond à certaines règles de prononciation. Ainsi, on différencie les  a  en les prononçant ouverts ou fermés. Les  r  sont le plus souvent roulés ou appuyés.

Les  o  quant à eux deviennent  ou , ce qui donne un houme, unne poume, pourter etc. Il n’est plus possible désormais de parler de patois berrichon, mais de français coloré ou français patoisé. La plupart des Berrichons restent néanmoins très attachés à ces mots et expressions et les utilisent de façon usuelle. La conjugaison varie aussi, au présent de l’indicatif, la première personne du singulier, la troisième du singulier et la troisième du pluriel se conjuguent de la même manière, ce qui donne des phrases de ce type  J’menons les oies . De plus les articles la plupart du temps subissent une troncation :  I m’nons les oies . Pour annoncer la météo, ce n’est pas le pronom « il » qui est employé, mais le pronom « ça ». Par exemple : « ça pleut », « ça neigera », « ça a plu ».

Le patois berrichon véhicule une culture riche et variée dans les campagnes du Berry. Les folkloristes commencent à la même époque à s’intéresser aux langues et aux cultures régionales et entreprennent de les recueillir pour les mettre par écrit. On se saurait trop avertir les faiseurs de recherches, que les versions d’une même légende sont innombrables, et que chaque clocher, chaque famille, chaque chaumière a la sienne. C’est le propre de la littérature orale que cette diversité. Hugues Lapaire, poète et écrivain de langue berrichonne. D’autres auteurs mentionnent des éléments de langue et de culture berrichonne dans leurs ouvrages de façon plus ponctuelle. Hugues Lapaire écrit des poèmes en berrichon et de nombreux ouvrages de littérature et de culture berrichonne dans les deux langues.