Pâtisserie sans oeufs et sans lait PDF

A mon avis, c’est en effet néfaste à l’hygiène, cf la derniére TIAC dans le Pâtisserie sans oeufs et sans lait PDF. Un fabricant d’olives qui décide de faire des olives farcies aux anchois doit demander un agréement. Il y a là un « trou » hygiène dans la filiére, puisque une cuisine sous agreement peut être livré en produits de patisserie à base de denrées d’origine animale sans agréement, si elles proviennent d’une entreprise de patisseries. Hélène VILLARET responsable qualité dans une cuisine centrale.


Découvrez les secrets de fabrication de ces gâteaux gourmands et pourtant 100 % végétaux. Sachez utiliser les graines de lin pour lier vos pâtes, la purée d’amande en guise de matière grasse, le tofu soyeux ou la farine de riz pour des textures fondantes…

HACCP ainsi qu »une formation renouvelée en matière d’hygiène des aliments ». Cela dit, cet arrêté dispense l’entreprise de réaliser un dossier de demande d’agrément auprès des services vétérinaires, qui est souvent un travail préalable très important pour assurer de bonnes conditions d’hygiène. Cela entraîne peut-être aussi des difficultés au niveau des services vétérinaires pour identifier et contrôler ce type d’entreprises qui ne sont pas  a priori « à déclaration obligatoire ». C’est finalement la même interprétation qui est faite en ce qui concerne une « spécialité fromagère » qui ressemble parfaitement à du gruyère râpé et qui est distribuée en restauration notamment pour la confection de pizzas. Je n’ai pas vraiment compris le pourquoi de la chose.

En effet, le risque peut être le même, voire supérieur à un produit classique. De plus, un établissement parfaitement aux normes devrait être satisfait d’afficher une estampille sanitaire. Concernant les pâtisseries, il y a en effet du boulot, notamment lorsqu’on voit de plus en plus d’activités « traiteur » de type plats cuisinés dans des boulangeries-pâtisseries. Un client nous réclame un agrément vétérinaire. Je précise que nous fabriquons de la pâtisserie fraîche sous atmosphère modifiée. Cet agrément est-il nécessaire pour une petite industrie comme la notre ?

Je profite de vos connaissances pour avoir quelques éclaircissements au sujet de la réglementation hygiène en boulangerie. Je suis la responsable hygiène et qualité d’une boulangerie industrielle. Nous fabriquons principalement du pain cru surgelé, mais également de la brioche en faibles quantités. A ce titre, nous utilisons maximum 500kg de beurre par an. Sommes-nous alors soumis à l’arrêté du 3 avril 1996 fixant les conditions d’agrément des établissements d’entreposage des denrées d’origine animale ? Autre point obscur : l’arrêté du 9 mai 1995 stipule dans son article 5 que « les locaux d’entreposage des aliments surgelés d’une capacité comprise entre 10 et 100m3 doivent être équipés d’instruments appropriés d’enregistrement automatique de la température ».

Est-ce à dire que les chambres froides négatives supérieures à 100m3 n’en ont pas besoin ? Vous n’êtes pas soumis à l’arrêté du 3 avril 1996 car les produits que vous stockez sont destinés aux fabrications de votre établissement. L’arrêté du 28 juin 1994 donne tous les détails concernant les conditions d’agrément. Mais pouvez vous me le confirmer? Alors est-il normal d’être identifié au ministère de l’agriculture et de la pêche? CAD avoir un Numéro d’Identification unique avec un classement dans « Nature des Produits » à « Oeufs et Ovoproduitsé » .

Chaque établissement agrée est identifié au ministère de l’agriculture et de la pêche. Un agrément est fourni pour une liste de produit figurant sur la demande d’agrément. Cette demande doit être renouvelée pour la préparation d’un produit ne figurant par sur cette liste initiale et lors de toute modification importante dans l’installation les locaux, leur aménagement, leur gros équipement ou leur affectation. Donc n’étant pas soumis à l’agrément, il n’y a aucune raison que notre entreprise soit identifiée au Ministère de l’agriculture et de la pêche.

Comment peut -t -on annuler cette identification? La notion d’enregistrement et la notion d’agrément sont 2 choses différentes. 2004 stipule que tout exploitant doit faire enregistrer auprès de l’autorité compétente chacun des établissements dont il a la responsabilité et dont l’activité est en rapport avec l’alimentation depuis les étapes de la production, de la transformation jusqu’à la distribution. En résumé : Dans tous les cas et dans un 1ier temps, vous vous faites enregistrer et dans un 2ième temps, en fonction de votre activité, vous vous faites agréer ou non. Dans le cas que vous citez: NON, l’entreprise ne sera pas soumise à agrément vétérinaire, mais elle devra cependant se faire enregistrer auprès des autorités compétentes. Vous citez le cas de denrées alimentaires dites « mixtes », c’est à dire composées à la fois de produits aniamux et de produits végétaux.