OEuvres, ses dernières volontés. Tome 15 PDF

Cet article présente des problèmes multiples. Vous pouvez aider à l’améliorer ou bien discuter des problèmes sur sa page de discussion. La réorganisation et oEuvres, ses dernières volontés. Tome 15 PDF clarification du contenu sont nécessaires. Cet article peut contenir un travail inédit ou des déclarations non vérifiées.


Oeuvres de Saint-Simon & d’Enfantin. Volume 35 / précédées de deux notices historiques et publiées par les membres du Conseil institué par Enfantin pour l’exécution de ses dernières volontés. [Arlès-Dufour ; Arthur Enfantin ; César Lhabitant ; Laurent (de l’Ardèche) ; Henri Fournel ; Adolphe Guéroult.]
Date de l’édition originale : 1865-1878
Comprend : Aux saint-simoniens, gardiens de leur foi au nouveau christianisme ; Discours préliminaire. La République, le péril social et le nouveau christianisme ; Un coup d’oeil historique sur le péril social et l’ultramontanisme en France depuis le moyen âge jusqu’à la fin du XIXe siècle

Ce livre est la reproduction fidèle d’une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d’une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d’un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l’opportunité d’accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d’une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d’un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d’un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

Vous pouvez l’améliorer en ajoutant des références. La poésie philosophique appartient à deux domaines distincts et différents. Poésie et philosophie ont toujours entretenu, depuis leur origine, des liens privilégiés au cours des siècles. Les poètes et philosophes depuis Héraclite ont révélé, tant par leur interrogation à propos des êtres et de leur rapport au monde, tant par leur style souvent lapidaire et contradictoire, qu’il existe des ponts entre eux. Ils montrent donc par leurs travaux que poésie et philosophie sont complémentaires et inséparables.

Démocrite riant, huile sur toile d’Hendrick ter Brugghen, 1628. Tombe de Confucius, fondateur du Confucianisme. Les Annales des printemps et automnes. Bagdad, est un mystique persan du soufisme. Il est un des piliers de la tradition persane du soufisme. Al Mutanabbi, quant à lui, est né en 915, et il est mort en 965. Portrait de Dante par Sandro Botticelli.

Au cours de son périple, Dante va rencontrer une centaine de personnalités, depuis les grandes figures mythiques de l’antiquité comme les philosophes, jusqu’aux personnalités locales contemporaines de Dante. La Comedia tient à la fois du parcours personnel et l’action se situe dans un univers métaphysique, du manuel théologique chrétien par sa description de l’au-delà, qui a valeur éthique et morale. Christine de Pisan est tôt accablée par le malheur : à vingt-cinq ans et avec la charge de trois enfants, Charles V, le protecteur de sa famille, étant mort, de même que son père et le mari qu’elle adorait, Christine se retrouve en butte aux injustices et à la pauvreté. Charles d’Orléans reçoit l’hommage d’un vassal. Toute l’œuvre de Charles d’Orléans  tourne autour des quelques thèmes privilégiés et récurrents que sont l’amour, le sentiment de la nature, la souffrance de l’exil – que ce soit l’exil réel qu’il a vécu ou cet exil plus subtil où l’on se perd dans la mélancolie.

Jorge Manrique est un poète espagnol. L’exemplarité de l’Ubi sunt s’allège, s’efface devant la profonde intuition de la temporalité, née de l’instinct de la fragilité, et de l’expérience vécue. L’éloge du mort y est une merveille rhétorique, combinant à la fois pudeur et hyperbole. L’habituelle théâtralisation de la Mort, ici, paradoxalement s’humanise.