Notice sur les eaux thermales de Dax, 1759 PDF

Vue du bourg de Vic depuis le rocher des Pendus. La commune couvre un territoire de 2 937 hectares, dont 585 de bois. Le nombre de logements de Vic-sur-Cère a été estimé en 2007 à 1 413, notice sur les eaux thermales de Dax, 1759 PDF 912 résidences principales, 370 résidences secondaires ou occasionnelles et 132 logements vacants. 680 mètres d’altitude sur le versant est de la vallée, à l’abri d’un chaos rocailleux et boisé, dont descend le torrent de l’Iraliot.


Notice sur les eaux thermales de Dax, par M. Dufau,… 1759. [Réimpression publiée par Marcel Herbet.]
Date de l’édition originale : 1865
Appartient à l’ensemble documentaire : Aquit1

Ce livre est la reproduction fidèle d’une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d’une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d’un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l’opportunité d’accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d’une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d’un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d’un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

Le glacier de la Cère qui atteignait une épaisseur de près de 100 mètres, a déposé des moraines frontales de retrait. Cette vallée qui résulte de l’érosion donne ainsi plusieurs sites pittoresques : gorge et cascade du Pas-de-Cère. Entrée du parc sur la RN 122 à Vic-sur-Cère. Traversée de Vic par la RN 122. Vic-sur-Cère est desservie par la route et le chemin de fer.

La RN 122, entre le tunnel du Lioran et Aurillac, traverse le bourg par le rue du Docteur Jean-Lambert. Elle est la route la plus fréquentée du Cantal: son trafic atteint 6 000 véhicules par jour à Vic-sur-Cère. Cure-Bourse, la via Celtica est une ancienne voie romaine en terre qui conduit en ligne droite jusqu’au Plomb du Cantal. Vic-sur-Cère bénéficie d’un climat de montagne. Carladès est supprimée au profit d’Aurillac. Carlat possédait six vingt dix-huit feux, c’est-à-dire 138 maisonnées. En 1441, le comte Bernard VII d’Armagnac réorganise la justice de la vicomte de Carlat et met à sa tête un gouverneur dont on sait, d’après un traité passé en 1570, qu’il avait la place d’honneur dans la procession de la Fête-Dieu.

1567, la Carladès eut à souffrir les exactions et les pillages des bandes calvinistes venues du Languedoc. Commandés par le Capitaine Merle, ils ont pillé et incendié la ville une troisième fois en 1575, avant de prendre Mur qui servait de base pour leurs exactions. Après que le château de Carlat a été rasé en 1603, Vic devient l’unique chef-lieu de la Vicomté de Carlat. En 1874, Velzic est érigée en commune. La reine Ranavalona en séjour à Vic devant le Grand hôtel de la Compagnie d’Orléans. Compagnie des chemins de fer d’Orléans construit une ligne de chemin de fer et deux grands hôtels dont elle fait la promotion : l’un au Lioran, l’autre sur le versant sud qui domine la vallée.

Amitié chrétienne ouvrent à l’hôtel Touring Club un centre qui regroupa jusqu’à quatre-vingt enfants juifs, avec une autorisation préfectorale qui fait nommer comme nouvelle directrice Suzanne Vincent, femme du pasteur Jacquet. Bourg de Vic, ancienne école Saint-Antoine, devenue le presbytère. Se trouvant du côté sud des monts du Cantal, le dialecte carladezien ne s’apparente pas à l’auvergnat mais au languedocien. Depuis longtemps, le Carladez entretient des relations suivies avec la Catalogne.

La langue française est d’introduction relativement ancienne à Vic, en raison de la présence d’un siège de justice royale. Louise de Savoie, régente de France, mère de Marguerite de Navarre et de François Ier. C’était à Vic, lors de son séjour en mai 1586, que Marguerite de Valois a découvert la bourrée, danse qui l’a tellement enchantée qu’elle l’a ensuite introduite à la Cour à Paris. D’or à la fasce d’azur chargée d’une fleur de lys du champ. De gueules, au lion léopardé d’or.

La commune de Vic-sur-Cère vit principalement du tourisme. Reconnue comme station verte et village de Neige, elle jouit d’un climat agréable durant l’été et de la proximité de la station de ski du Lioran en hiver. Vic possède aussi une zone industrielle où sont implantées deux grandes entreprises, l’une qui emploie 185 personnes : la société de fabrication des meubles de cuisines et de salles de bains Pyram. Elle possède plus d’une dizaine de commerces ou services. Un club de tennis presque centenaire. L’équipe de Vic a été créée en 1929.