Lire l’évangile de Marc comme un roman PDF

Cet article est une ébauche concernant le christianisme. Simon le Magicien, les démons et la naissance de lire l’évangile de Marc comme un roman PDF vigne.


L’évangile de Marc n’est pas un roman. Mais dans la rencontre
entre le texte et son lecteur, cet évangile se laisse bien lire
comme un roman. Après avoir exploré quelques pistes pour
une interprétation de la Bible qui fasse sens aujourd’hui,
l’ouvrage présente une analyse concrète du plus ancien
évangile, en prêtant attention à la réception du texte par le
lecteur. La rhétorique du narrateur, le comment de la
narration, lève déjà le voile sur le contenu, le quoi du récit.
Ainsi le style, la caractérisation des personnages, les
questions, les répétitions, l’usage des titres christologiques
aident le lecteur à prendre position par rapport à l’identité de
Jésus et suscitent ensemble son engagement personnel.
L’évangéliste se montre conscient de ce qui fait vivre Jésus, du
message révolutionnaire de « qui voudra devenir grand parmi
vous, sera votre serviteur » ou de « qui perd sa vie la sauve ».
Son évangile vise une réponse pratique du lecteur dans la vie
de tous les jours plutôt qu’une confession de foi verbale. Ce
livre a obtenu en Flandre le prix bisannuel du meilleur livre
religieux (2005).

Porte Miègeville de la Basilique Saint-Sernin. Simon comme un mage à succès en Samarie. Un texte apocryphe le présente comme une sorte d’émanation divine. Selon Justin et Irénée de Lyon, Simon vient du village samaritain de Gitta et il est appelé Zeus par les simoniens, et sa compagne Hélène est appelée Athéna. En revanche, l’inscription est adressée à  Semo Sancus , une divinité sabine.

Ceci conduit les historiens à penser que Justin le Martyr a confondu  Semo Sancus  et Simon. Ses débats et polémiques avec Pierre sont abondamment cités dans le roman pseudo-clémentin. De son nom vient le mot  simonie . Jacques Lacarrière situe Simon le Mage dans ces termes au sein du courant gnostique :  La gnose apparaît dans l’histoire dès les premiers siècles du christianisme, prêchée par un personnage que mentionnent les Actes des Apôtres du nom de Simon le Mage. Simon le père du gnosticisme et de toutes les hérésies. Simon : l’  Apophasis mégalè , ou  Grande révélation .