Le roman vrai de la crise financière PDF

Un krach est une baisse brutale des prix d’une classe d’actifs, comme un marché financier à la suite d’un afflux massif d’ordres de vente. En le roman vrai de la crise financière PDF, krach est devenu crash ou stockmarket crash.


Le livre clé pour comprendre la crise.

 » Un récit passionnant. « 
Le Figaro Magazine

 » Rien de mieux, lorsqu’on ne connaît absolument rien à la finance, que de se plonger dans ce livre pour se frotter aux évolutions récentes de la finance. « 
Alternatives économiques

 » Il fallait la conjugaison de deux talents pour rendre claire et palpitante l’histoire de la crise financière. « 
Valeurs Actuelles

 » Un bon livre. « 
Marianne

 » Un ouvrage sérieux qui ne se prend pas au sérieux. Les choses sont dites, sans langue de bois. « 
Le Monde

Edition revue et augmentée

L’Illustration le 29 octobre 1881, puis en 1891, sous la plume de François Coppée, à propos de l’effondrement du cours du Comptoir de crédit à Paris, dans Les Vrais Riches, publié chez Alphonse Lemerre, où il est typographié avec une majuscule aussi. Zola n’utilise jamais ce mot dans son roman L’Argent dont c’est le sujet. Le phénomène du krach est brutal et spectaculaire. Les cours des actions ou des marchandises baissent brutalement, le nombre de vendeurs excédant largement le nombre d’acheteurs. Les vendeurs en arrivent à vouloir ou devoir vendre à n’importe quel prix, ce qui précipite la chute des titres. Cependant, si le krach est brutal, son apparition suit un mécanisme qui s’installe sur une période plus longue. Le phénomène débute par une hausse des cours fondée sur une croissance avérée de l’économie.

Exemple du flash-Krash du 6 mai 2010, le cours de l’indice en bleu représentant l’indice SP. Aujourd’hui, le phénomène est largement amplifié par l’informatique. En effet, si c’est la peur qui conduit les petits porteurs à se débarrasser de leurs titres, ce sont des automates qui gèrent les actions des investisseurs institutionnels. Pour contrer ce phénomène, les places boursières comme Paris, Londres, Francfort ou Wall Street ont mis en place des garde-fous comme les coupe-circuits.

Les clôtures anticipées permettent de fermer les bourses pendant une durée assez longue afin de calmer la panique. Les flash krash, chutes brutales observées sur des espaces de temps très faibles, sont symptomatiques de l’influence des programmes informatiques qui renforcent les spirales baissières ou haussières. Les ventes à découvert peuvent tout aussi bien stabiliser les marchés en contrecarrant les cours excessifs que les amplifier en exagérant une baisse au-delà de son fondement réel. Une personne physique ou morale qui ne détient pas de titre, a la possibilité de vendre des titres qu’elle ne détient pas, à condition de les racheter ultérieurement. Les ventes à découvert sont généralement assez encadrées. Par exemple, des dépôts de garantie sont souvent requis. Mais cette gestion des garanties ne se fait pas toujours en temps réel, et peut donc parfois être contournée par des transactions à haute fréquence.

Les krachs, mais aussi les bulles financières, ont aussi pour origine des excès spéculatifs dus à la psychologie des marchés. Ces excès dus en particulier à des mimétismes de comportement des opérateurs est l’un des thèmes de la Finance comportementale. Voir à ce sujet les tableaux : Liste des crises monétaires et financières Article détaillé : Histoire des bourses de valeurs. Au plus fort de la hausse du prix des bulbes de tulipes fantaisie, en 1636, un seul bulbe pouvait valoir l’équivalent d’un carrosse avec ses deux chevaux et tout leur harnachement. Cependant les économistes modernes ne sont pas tous d’accord pour qualifier l’épisode de bulle spéculative. 1871, un développement économique et capitalistique très rapide eut lieu de 1871 à 1873, avec la création de nombreuses sociétés.

Avec l’apparition de la concurrence, les profits stagnèrent et les actions se mirent à baisser dans le monde germanophone à partir de mai 1873. Article détaillé : Panique bancaire américaine de 1907. Avec une capacité de production toujours en hausse et supérieure à la demande, et à la suite de la diminution des bénéfices de sociétés américaines, les investisseurs cherchent à liquider les actions de ces sociétés qu’ils possèdent. Le mécanisme de la baisse à Wall Street s’amorce et sur les autres places de marché. 1931 : la crise touche l’économie tout entière. 1933 : la reprise économique s’amorce lentement. 1941 : entrée en guerre, fin de la crise.

1954 : la Bourse retrouve enfin son niveau d’avant le krach, soit environ 25 ans après. Des gonflements et effondrements financiers peuvent se produire même en l’absence de bourse. Les bourses asiatiques s’effondrent lors de la crise asiatique. Cette crise a progressivement des répercussions dans tous les pays émergents.