Le musée du Prado PDF

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. La Joconde est une copie du célèbre tableau de Le musée du Prado PDF de Vinci, peinte à l’huile sur panneau de noyer. Perspectives et proportion de l’œuvre du Prado. Malgré cela, Miguel Falomir Faus, conservateur en chef de la peinture italienne de la Renaissance au musée du Prado, écarte complètement la possibilité d’une participation du maître florentin à la copie.


La collection  » Les grands musées  » vous propose de déambuler dans les galeries du musée du Prado. Véritable guide, ce livre conçu et rédigé par une spécialiste vous introduit d’abord à la construction et à l’institution de l’édifice. Il vous propose ensuite une présentation claire, vivante et accessible des principaux maîtres et des oeuvres majeures. Ainsi, sur place ou à distance, il vous délivre l’essentiel.

Par ailleurs, le motif de la réalisation d’une copie au même moment que celle de l’original demeure un mystère. Le portrait de l’œuvre madrilène a des sourcils, bien que très fins, alors que celui du Louvre semble en être dépourvu. Deux chercheurs, Claus-Christian Carbon et Vera M Hesslinger ont constaté que, mises côte à côte, la version du Louvre et celle du Prado, présentent des perspectives légèrement différentes, formant un décalage de cinq centimètres entre les deux tableaux. Les origines de la copie du musée du Prado se rattachent directement à celles de l’original du musée du Louvre, car les experts ont prouvé que ces tableaux avaient été peints en même temps. La copie est dans un bien meilleur état de conservation que l’original du Louvre, grâce à la meilleure qualité du panneau, qui est du noyer d’une épaisseur de 18 mm, alors qu’au Louvre, il s’agit d’un panneau de peuplier de 13 mm d’épaisseur. Le peintre employa du matériel de très bonne qualité, et l’exécution est très minutieuse, mais, selon Miguel Falomir Faus, la technique est très différente, propre à un artiste beaucoup plus limité, dont le dessin est de moindre qualité et dont le coup de pinceau est bien plus simple, continu, plus linéaire et plus compact, sans le sfumato caractéristique du Léonard mûr. On ignore toutefois quand l’œuvre s’ajouta à la collection royale espagnole.

Louvre, qui voulait inclure le tableau dans une exposition, le Prado a décidé en 2010 de décrocher l’œuvre pour la restaurer et éliminer les vernis noircis. Les travaux d’analyse et de restauration de la copie madrilène ont permis de supprimer le repeint noir qui servait de fond et de mettre au jour une représentation de la région de la Toscane semblable à celle qui figure sur la Mona Lisa parisienne. Le repeint sombre, ajouté en 1750, attire l’attention, car l’œuvre de Léonard jouissait déjà d’un grand prestige. La Mona Lisa espagnole s’est révélée bien mieux conservée que l’original. L’étude réalisée au Prado a abouti à la conclusion que la copie de Madrid fut réalisée par un élève de l’école de Léonard en même temps que le maître italien peignait son chef-d’œuvre. La copie devait être une œuvre réalisée en parallèle qui refléta les progrès et les corrections de l’original.

C’est pourquoi les hypothèses concernant l’identité de l’auteur se limitent au cercle des disciples qui travaillèrent avec Léonard. Giovanni Giacomo Caprotti da Oreno, connu sous le nom de Salai. Salai est plus connu comme modèle de Léonard et de son atelier que comme peintre. Il n’a signé aucune peinture, ce qui complique la comparaison d’œuvres avec celle du Prado, bien qu’il y en ait quelques-unes qu’on a coutume de lui attribuer.

Valence, faisaient partie des disciples du maître, et le premier eut à collaborer avec Léonard à la fresque La Bataille d’Anghiari. Llanos ou Fernando Yáñez de la Almedina. Christophe Carmarans,  Une vraie copie de la Joconde authentifiée au musée du Prado à Madrid , sur rfi. Atelier de Léonard de Vinci, la Joconde  dans Vincent Deulieuvin La Sainte Anne, l’ultime chefs d’œuvre de Léonard de Vinci p.