Le Grand Architecte et la Franc-Maçonnerie PDF

Sauter à la navigation Sauter à la recherche Le vocabulaire de la franc-maçonnerie comprend les termes et expressions utilisés en franc-maçonnerie. De nombreux termes font référence aux traditions, réelles ou supposées, le Grand Architecte et la Franc-Maçonnerie PDF bâtisseurs du Moyen Âge. Acclamations : Interjection qui, dans le rituel d’ouverture ou de fermeture des travaux, suit le  signe  et la  batterie .


Dans cet ouvrage, sont abordées quelques-unes des multiples facettes concernant la manière dont le symbole d un Grand Architecte de l Univers, organisateur d un chaos primordial, peut-être approché par les Francs-Maçons, leur permettant ainsi d avoir un repère dans leur quête spirituelle. L auteur propose, entre autres, une lecture très détaillée des trois premiers versets du prologue de l Évangile de Jean. Quel est donc ce Dieu des savants et des philosophes ? La particularité de ce Dieu est qu il ne s appuie en aucune manière sur des vérités révélées, il ne repose que sur la raison et l expérience. L expression Grand Architecte de l Univers est usitée en remplacement du mot Dieu, car elle convient aussi bien aux approches déistes que théistes. Le texte des Constitutions d Anderson, dans la version remaniée de 1823, impose par ses land marks la croyance en Dieu, Grand Architecte de l Univers qui est défini comme : Être suprême, invisible et tout puissant. C est donc À la Gloire de ce Grand Architecte, que travaillent aujourd hui la grande majorité des Francs-Maçons du Monde. Le mot français Gloire, est en fait inadéquat pour rendre compte de ce que le mot hébreu kavod (doxa en grec, gloria en latin) recèle : la kavod est la présence de Dieu au milieu de son Peuple. Cette présence est liée à une habitation : Dieu habite la tente, puis le Temple. La Gloire est l espace de Dieu.

Agapes lors d’un banquet maçonnique en France, vers 1840. Il désigne le partage d’une collation froide ou chaude dans la  salle humide , entre maçons. Ce temps de rencontre et de partage, à l’issue de la tenue est le prolongement du travail qui vient d’être effectué. C’est un moment très convivial où la parole est totalement libre, dans le respect d’autrui et de ses idées, et qui permet aux sœurs et frères de mieux se connaître.

3, 5 et 7 années — premiers nombres impairs. Allumage des feux : Cérémonie rituelle d’installation d’une nouvelle loge. Discours prononcé en loge — voir planche. Ateliers : Nom générique qui désigne le groupement de base de toute maçonnerie.

Le terme recouvre différentes sortes de regroupement. Bannière — avec pour symbole la ruche — de la loge des Amis du Progrès du GODF, fondée en 1883. Les bannières sont entre autres utilisées lors de manifestations nationales et régionales. Le banquet d’ordre est une tenue d’obligation, un rituel particulier est pratiqué dans chaque rite. Bijoux : Terme à double sens en maçonnerie.

Suivis de l’adjectif  mobiles , les bijoux se rapportent à l’équerre, au niveau et à la perpendiculaire — objets symboliquement portés en pendentif par le vénérable et les deux surveillants. Bref : Diplôme attestant qu’un franc-maçon est titulaire de hauts grades. Capitation ou cotisation : Les mots capitation et cotisation sont tous les deux utilisés en franc-maçonnerie, mais ils n’ont pas le même sens. Par définition la capitation est un  impôt  par tête que chaque loge paie à son obédience. Les trois colonnes, nommées ici Beauté, Force et Sagesse, entourant un pavé mosaïque.

Chaîne d’union : La chaîne d’union est un rituel de fraternité et de commémoration effectué par les maçons à la fin, et, à certains rites, parfois aussi au début, d’une tenue. Chambre du milieu : Lieu symbolique exclusivement réservé au titulaire du grade de maître. L’expression parait dans les plus anciens rituels du grade de maître. Colonnes : Les colonnes du temple de Salomon se trouvaient à l’extérieur. Bien que certains les visualisent à l’intérieur, la loge se réunit symboliquement à l’extérieur du temple sous la voûte étoilée. Pour d’autres, le temple n’est pas achevé ce qui permet de voir le ciel au zénith.

Les loges anglo-saxonnes utilisent le terme de Communication, quelques loges américaines celui de Convention. Utilisé tout d’abord dans le sens général d’un  Congrès maçonnique , il prend le sens d’une assemblée générale d’une obédience maçonnique plus récemment. Cordon : Ruban porté en sautoir ou en écharpe lors des tenues. Couvreur : Officier qui garde la porte du temple pendant la tenue. Dans les rites issues des anciens, très souvent il s’agit de l’ancien vénérable de la loge.

Il est situé à l’occident de la loge, face à l’orient qu’il vient de quitter s’il a été vénérable auparavant, quittant ainsi le poste le plus éminent pour le poste le plus humble. Debhir : Nom hébreu de la troisième partie du temple de Salomon. Delta lumineux : Triangle lumineux, ou orné de rayons lumineux, souvent orné d’un Œil de la Providence, qui surplombe l’orient. C’est un symbole qui n’est pas spécifiquement maçonnique puisqu’il figure dans de très nombreuses églises et chapelles, en particulier dans le style baroque. Degrés : Degré s’emploie concurremment à grade, ce sont les étapes d’élévation dans un rite donné qui caractérise tout ordre initiatique. La franc-maçonnerie compte trois grade dits symboliques : apprenti, compagnon et maître. Sépulture espagnole sculptée d’après les outils maçonniques, dont l’équerre.

Avec le compas et la règle, l’équerre correspond à un des outils fondamentaux des francs-maçons. Fait partie, dans la plupart des rites, des trois grandes lumières qui sont l’équerre, le compas et le Volume de la Loi sacrée. Enquête: Terme désignant la démarche faites par des membres de la loge, à la suite de la candidature d’un profane. En pratique, le vénérable maître désigne quelques frères ou sœurs qui vont examiner la nouvelle candidature.