L’église et la vie religieuse en Occident à la fin du Moyen Age PDF

En l’église et la vie religieuse en Occident à la fin du Moyen Age PDF foncé, l’Occident d’après Samuel P. La statue de la Liberté, offerte par la France aux États-Unis et construite sur le modèle des colosses antiques.


Drapeau de l’OTAN, alliance militaire considérée comme le  bras armé  de l’Occident. Réforme protestante qui bouleverse le christianisme occidental et la prise de Constantinople par les Ottomans. D’une part par les États-Unis et leurs alliés au sein du bloc de l’Ouest, organisé autour de nombreuses alliances parmi lesquelles la plus importante est l’OTAN. D’autre part par l’URSS et les autres pays communistes, constituant le bloc de l’Est. Australie, la Nouvelle-Zélande, voire l’Amérique latine. Les citoyens de ces pays sont couramment appelés Occidentaux. Le terme occident est emprunté au latin occidens, participe présent de occidere.

Aspect scriptural : alphabet latin en Europe occidentale. Alphabet cyrillique et alphabet grec en Europe orientale. Les langues romanes ne possèdent qu’un seul terme pour désigner la notion d’ Occident . Derrière ce terme sont concentrés tant des caractéristiques géographiques qu’historiques, mais également des traits culturels. Historiquement, le Maghreb fut la partie sud de l’Empire romain d’Occident. Durant la période antique, l’Empire d’Occident était appelé l’ancien Empire romain. L’ Occident  se définissait déjà comme la partie ouest du continent européen.

En ceci, l’ Occident  de l’époque moderne renvoie à la  vieille  Europe. Occident  renvoie premièrement à l’astronomie, mais se dit également de certaines nations selon leur position géographique par rapport à d’autres. Par exemple, les Amériques sont qualifiées d’Indes occidentales. Ce qui aujourd’hui est nommé  océan Atlantique , est appelé à cette époque oceanus occidentalis. Exemple de carte où apparaissent les situations géographiques  occidental  et  oriental , par rapport à l’Europe. L’Occident est donc défini par les territoires dotés de ces caractéristiques qui le composent. L’Occident au sens strict en bleu foncé et l’Amérique latine en violet d’après Samuel Huntington.

L’auteur ne tranche pas et se demande si l’Amérique latine peut être considérée comme occidentale ou si elle forme une civilisation à part. Samuel Huntington dans Le Choc des civilisations a instrumentalisé la notion d’Occident pour l’opposer à l’islam et expliquer les clivages actuels sur la planète. Son système de pensée présente comme antagoniques d’un côté un monde occidental qui serait démocratique et presque laïc et d’un autre côté un monde dont le caractère religieux serait la dimension centrale. Pour certains auteurs, l’Occident est un terme utilisé pour accentuer les disparités culturelles, politiques voire économiques. Georges Corm écrit :  La notion d’Occident, aujourd’hui plus qu’hier, lorsqu’elle suscitait des querelles entre Européens, n’est plus qu’un concept creux, exclusivement géopolitique, sans contenu enrichissant pour la vie de l’esprit et pour bâtir un avenir meilleur. C’est la culture politique américaine qui a repris la notion à son compte et en a fait un usage si intensif au temps de la Guerre froide qu’elle ne semble plus pouvoir l’abandonner. Occident, d’un seul monde occidental qui incarne cette base de références culturelles, politiques, économiques.

Ceci souligne l’épineuse question des aires d’influence religieuse, qui participe, elle aussi, à la définition de la civilisation occidentale et de l’Occident. Il faut nuancer ces particularités trop généralisatrices du monde occidental, vu comme homogène. La recherche d’une définition exacte du mot continue de souligner son imprécision, comme la catégorie dans laquelle doit être classé le Japon. La conception d’un Occident a un caractère mythique, car reposant sur une soi-disant homogénéité, elle nie les différences qui ont toujours structuré le continent européen. On essaie de mettre avant un caractère mystifié d’un Occident dominant, pacifiste, homogène.