Introduction à l’analyse des phénomènes sociaux PDF

L’analyse des réseaux sociaux est une approche sociologique, fondée sur l’introduction à l’analyse des phénomènes sociaux PDF de la théorie des réseaux appliquée aux réseaux sociaux. La théorie des réseaux sociaux conçoit les relations sociales en termes de nœuds et liens.


Cet ouvrage a pour but de permettre à l’ensemble des étudiants qui veulent s’initier aux sciences sociales d’en saisir les principes de base à partir des commentaires et de l’analyse d’une dizaine de recherches concrètes illustrant les principales problématiques et sélectionnées parmi les grands noms de cette discipline : de Max Weber à Pierre Bourdieu, en passant par Marcel Mauss, Erving Goffman, etc.
L’auteur a ici privilégié la compréhension inductive, plutôt que l’exposé systématique et abstrait des écoles de pensée et des théories. Il a voulu proposer à l’étudiant de découvrir les clefs de l’approche des phénomènes sociaux et d’acquérir une véritable méthode pour penser le social.
Chaque chapitre détaille avec précision un principe fondamental exposé à partir des recherches concrètes où les meilleurs spécialistes ont tenté d’élucider certains aspects de la vie collective. Il permet ainsi au lecteur de répondre aux questions suivantes
comment le chercheur a-t-il abordé le problème ? Quel dispositif de recherche a-t-il employé ? Comment sa recherche s’est-elle déroulée ? A quel résultat a-t-il abouti ?
Ni manuel de cours, ni recueil de textes, cet ouvrage permet d’entrer d’emblée au coeur de la recherche et de  » revivre  » l’expérience de la découverte de notre univers social. Les principales notions sont exposées dans leur processus d’expérimentation et non comme des concepts abstraits. Un glossaire récapitule en fin d’ouvrage les principaux concepts.
Principalement destiné aux étudiants de premier cycle, cet ouvrage écrit dans un style clair et accessible peut être aussi lu par tous ceux qui souhaitent pouvoir découvrir par soi-même les sciences sociales.

Les nœuds sont habituellement les acteurs sociaux dans le réseau mais ils peuvent aussi représenter des institutions, et les liens sont les interactions ou des relations entre ces nœuds. Il peut exister plusieurs sortes de liens entre les nœuds. Dans sa forme la plus simple, un réseau social se modélise pour former une structure analysable où tous les liens significatifs entre les nœuds sont étudiés. Dans les années 1960 et 1970 se sont développées des recherches méthodologiques destinées à assurer la mise en œuvre rigoureuse. La sociométrie a aussi contribué à l’essor de l’analyse des réseaux sociaux. Enfin l’analyse de réseaux repose aussi sur l’apport des mathématiques aux sciences sociales :  Tôt dans le développement théorique de l’analyse de réseaux, des chercheurs ont trouvé des utilités aux modèles mathématiques.

En 1957, Elisabeth Bott publie son étude sur les systèmes de relations des familles. L’hypothèse de Bott demeure valide et non réfutée jusqu’à ce jour. Il a tenté de calculer le nombre de liens moyens qui séparent une personne de n’importe quelle autre personne sur Terre. Des recherches sur le petit monde sont encore menées actuellement. Aujourd’hui les sujets de recherches en analyse de réseaux sont multiples, la famille, les relations de travail, la camaraderie, etc. Cette approche est actuellement aussi utilisée à d’autres fins que celles de la recherche scientifique, par des conseillers en relations professionnelles ou encore à des fins commerciales.

La forme du réseau social modélisé en graphe permet par exemple d’analyser l’efficience du réseau pour les acteurs sociaux qui s’y trouvent. Il est plus rentable pour le succès individuel d’être connecté à une variété de réseaux que d’avoir plusieurs connexions avec un seul réseau social. Les individus peuvent exercer une influence ou agir en tant que  passage obligé  dans leur réseau social en faisant un pont entre deux réseaux qui ne sont pas directement liés. L’analyse de réseaux se démarque des méthodes d’analyses sociologiques traditionnelles par le fait qu’elle ne considère pas la réalité observée en termes de catégories prédéfinies. Ces catégories sont construites par agrégation d’individus aux attributs jugés similaires et a priori pertinents, pour le problème traité. Ainsi, la structure n’est pas le résultat de normes et des attributs rapportés aux acteurs sociaux. Elle est le résultat de la position des acteurs qui la forment.

Cette position structurale détermine leurs opportunités et leurs contraintes, et par conséquent elle joue sur l’allocation des ressources dans le système. Les réseaux sociaux sont aussi employés pour étudier par exemple, comment les entreprises interagissent entre elles, caractérisant de nombreuses connexions informelles qui relient les dirigeants ensemble, ainsi que les associations et les connexions entre les employés de différentes compagnies. Ces réseaux fournissent la façon dont les compagnies obtiennent l’information, découragent la concurrence, et s’entendent même pour ajuster de concert, les prix et les politiques. La famille, la communauté, un couple et plusieurs autres formations sociales peuvent représenter des réseaux sociaux. Ce graphe non-orienté a 7 sommets et 8 arêtes. Les graphes sont produits à l’aide de traitements mathématiques effectués sur des matrices.