Intelligence Artificielle une Approche Ludique PDF

Le concept d’autopoïèse est inventé par Humberto Maturana et Francisco Varela dans l’article Autopoietic Systems, présenté dans un séminaire de recherche de l’université de Santiago en 1972. Il s’ensuit qu’une machine autopoïétique engendre intelligence Artificielle une Approche Ludique PDF spécifie continuellement sa propre organisation. L’exemple canonique d’un système autopoïétique fourni par Francisco Varela et Humberto Maturana est la cellule biologique.


De niveau universitaire, cet ouvrage traite des algorithmes de jeux notions expliquées en détail suivies d’exercices pratiques (langage informatique C++)

Le modèle minimal d’un système autopoïétique est une cellule dont la membrane est composé d’un constituant C se dégradant en D et baignant dans un milieu riche en molécules A. Ces molécules A peuvent franchir la membrane et être transformées au sein de la cellule en molécules B pour lesquelles la membrane est imperméable. B peut s’intégrer à la membrane pour se transformer en C. Depuis les années 1970, des programmes informatiques autoreplicatifs ont été créés tout d’abord dans un but ludique, que cela soit les quines ou le Jeu de la vie.

Une application du concept à la sociologie peut être trouvée dans la théorie des systèmes sociaux de Luhmann. Elle a été étendue au droit par Gunther Teubner. Jorge Mpodozis De l’origine des espèces par voie de la dérive naturelle. Gunther Teubner, Le Droit, un système autopoïétique, Paris, PUF, coll.

Définir le vivant : l’autopoïèse Article de John Stewart sur le site de la Société Française d’Exobiologie. 2, Le vivant comme système autopoïétique, pp. Article de Olivier Penelaud sur le site de Plasticités Sciences Arts. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 21 juillet 2018 à 08:22. Les assistants personnels intelligents sont l’une des applications concrètes de l’intelligence artificielle dans les années 2010.

Ses finalités et son développement suscitent, depuis toujours, de nombreuses interprétations, fantasmes ou inquiétudes s’exprimant tant dans les récits ou films de science-fiction que dans les essais philosophiques. On y trouve donc le côté  artificiel  atteint par l’usage des ordinateurs ou de processus électroniques élaborés et le côté  intelligence  associé à son but d’imiter le comportement. IA doit ressembler également à celui de l’être humain et être au moins aussi rationnel. Article détaillé : Histoire de l’intelligence artificielle. Historiquement, elle trouve son point de départ dans les années 1950 avec les travaux d’Alan Turing, qui se demande si une machine peut  penser .

Turing explore le problème et propose une expérience maintenant connue sous le nom de test de Turing dans une tentative de définition d’un standard permettant de qualifier une machine de  consciente . BBC 3e programme le 15 mai 1951  Les calculateurs numériques peuvent-ils penser ? Newman, Sir Geoffrey Jefferson et R. Braithwaite les 14 et 23 janvier 1952 sur le thème  Les ordinateurs peuvent-ils penser ? Toutefois le sujet de l’intelligence artificielle est un sujet dont les bornes peuvent varier. Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. En 2005, le projet Blue Brain est lancé, il vise à simuler le cerveau des mammifères.

Il s’agit d’une des méthodes envisagées pour réaliser une IA. En mars 2007, le gouvernement sud-coréen a annoncé que plus tard dans l’année, il émettrait une charte sur l’éthique des robots, afin de fixer des normes pour les utilisateurs et les fabricants. Il réunira des scientifiques qui ont eu du succès dans des domaines distincts de l’IA. Le 27 janvier 2010, l’US Air Force demande l’aide de l’industrie pour développer une intelligence avancée de collecte d’information et avec la capacité de décision rapide pour aider les forces américaines pour attaquer ses ennemis rapidement à leurs points les plus vulnérables.

Le 16 février 2011, Watson, le superordinateur conçu par IBM, remporte deux des trois manches du jeu télévisé Jeopardy! En mai 2013, Google ouvre un laboratoire de recherches dans les locaux de la NASA. En janvier 2018, des modèles d’intelligence artificielle développés par Microsoft et Alibaba réussissent chacun de leur côté à battre les humains dans un test de lecture et de compréhension de l’Université de Stanford. Logo de la conférence  AI for Humanity  organisée le 29 mars 2018 au Collège de France. Le 19 janvier 2017, une audition se tient au Sénat :  L’intelligence Artificielle menace-t-elle nos emplois ? Comment permettre à l’Homme de garder la main ?

Définir l’intelligence est un défi et il n’est pas certain qu’on puisse y arriver un jour d’une façon satisfaisante. C’est cette remarque qui poussa le mathématicien britannique Alan Turing, il y a soixante ans, à proposer  le jeu de l’imitation  qui fixait un objectif précis à la science naissante des ordinateurs que l’on n’appelait pas encore informatique en francophonie. Jusqu’à ce jour, aucun logiciel n’a encore pu réussir ce test, à savoir se comporter de façon à ne pas être discriminé d’un humain, malgré de nombreuses tentatives. Devant la persistance de ces échecs certains informaticiens pensent que mettre au point un programme aussi complexe ne démontrera pas l’intelligence des programmes ni leur capacité à penser. De nos jours, une machine peut certes réviser et faire évoluer des objectifs qu’on lui a attribués. Une machine peut même être programmée pour pouvoir restructurer sa connaissance initiale à partir d’informations reçues ou perçues.