Droit pénal spécial PDF

Le parvis du Palais de justice droit pénal spécial PDF Paris, qui accueille le Tribunal de grande instance, la Cour d’appel et la Cour de cassation. Le droit pénal français est l’une des branches du système juridique de la République française.


Cette branche du droit pénal étudie les différentes infractions, leurs éléments constitutifs, les modalités de leur répression. Chaque infraction devant être incriminée et définie par un texte, en application du principe de la égalité criminelle, l’étude de ces textes et de chaque infraction est primordiale pour l’universitaire comme pour le praticien. Destiné aux étudiants en droit (licence, master) et aux candidats aux concours (CRFPA, commissaire de police, ENM), cet ouvrage comprend un cours complet sur les principales infractions; des compléments pédagogiques qui facilitent leur compréhension et préparent à l’examen. L’ouvrage comporte une présentation entièrement refondue des réformes récentes relatives, d’une part, à la prévention et la répression des violences au sein du couple ou commises contre les mineurs et, d’autre part, à la prévention de la délinquance. Le cours, actualisé en juin 2007, prend également en compte les dispositions relatives à la lutte contre le terrorisme, au traitement de la récidive, à la protection de l’enfance ainsi qu’à l’immigration et à l’intégration.

Ces infractions sont divisées en trois catégories, en fonction de leur gravité : les contraventions, les délits et les crimes. Le Procureur de la République et ses substituts sont chargés de la mise en œuvre de l’action publique et de la poursuite pénale, en collaboration avec les services de police. Article détaillé : Histoire de la justice en France. Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Il y avance également plusieurs idées alors novatrices, dont le principe de proportionnalité de la peine au délit et la séparation des pouvoirs religieux et judiciaire. Couverture du Code pénal de 1810, qui remplace le Code pénal révolutionnaire de 1791. Articles détaillés : Code pénal de 1791 et Code pénal de 1810.

Le code prévoit enfin des peines afflictives et infamantes, dont les travaux forcés à perpétuité ou à temps et la déportation. Le Code pénal impérial du 12 février 1810 fut en vigueur jusqu’en 1994, bien que modifié au cours des années. En outre, Napoléon fonde en 1804 la Cour de cassation, juridiction au sommet de l’ordre judiciaire français, en transformant le Tribunal de cassation fondé en 1790. Pierre Rivière avait soulevé le problème de la responsabilité pénale en cas de démence possible. En 1912 sont créés les tribunaux pour enfants. Jean Chazal et le premier directeur de l’administration pénitentiaire Paul Amor.

L’ordonnance du 2 février 1945 sur l’enfance délinquante impose la primauté de l’éducation sur la répression et créé les tribunaux pour enfants. Dès l’éclatement de la guerre d’Algérie, le processus de réforme engagé se ralentit et les peines s’alourdissent. La loi Sécurité et liberté, promulguée en février 1981, étend les prérogatives policières et réprime plus sévèrement les actes de violence. Ministre de la Justice entre 1981 et 1986, il fait voter l’abolition de la peine de mort et engage une réforme du Code pénal de 1810.

Il introduit notamment le principe de responsabilité pénale des personnes morales et la notion d’intérêts fondamentaux de la Nation. La production législative en matière pénale demeure soutenue sous les gouvernements Fillon. Article détaillé : Réforme de la carte judiciaire. Le droit pénal français est commandé par le principe de légalité, et ses trois corollaires, le principe d’interprétation stricte de la loi, l’application de la loi pénale dans le temps et l’application de la loi pénale dans l’espace. Article détaillé : Organisation juridictionnelle en France.

Si un même accusé ou prévenu est jugé pour plusieurs infractions différentes, la juridiction compétente pour l’infraction la plus grave sera également compétente pour juger les autres infractions. Cependant, la compétence des tribunaux français se limite à certaines infractions : c’est la question de l’application territoriale de la loi pénale française. L’infraction peut être définie comme une action ou omission qui trouble l’ordre social et expose son auteur à une mesure de sûreté ou une sanction pénale. Les crimes sont les infractions les plus graves. Avant 1981, les crimes étaient passibles de la peine de mort. Les délits recouvrent des catégories d’infractions de différente nature. La peine maximale encourue est de dix ans d’emprisonnement, portée à vingt ans en cas de récidive, notamment en matière de criminalité organisée.

Elles sont divisées en cinq classes en fonction de leur gravité. Article détaillé : Sanction pénale en France. La peine, ou sanction pénale, est le corollaire de l’infraction. Lexique des termes juridiques, Paris, Dalloz, 2015, 23e éd. Jean-Paul Jean, Le système pénal, Paris, La Découverte, 2008, 122 p. Xavier Pin, Droit pénal général 2015, Paris, Dalloz, 2014, 483 p. La création du service social des prisons et l’évolution de la réforme pénitentiaire en France de 1945 à 1958 , Déviance et société, 1988, no 4, p.