Critique de la pensée sacrificielle PDF

Bishop John Shelby Spong portrait 2006. Les idées de Spong ont été sévèrement critiquées par d’autres théologiens, notamment par Rowan Williams, quand celui-ci était l’évêque anglican de Monmouth. Une idée récurrente chez Spong est que l’interprétation populaire, supposée  littérale , des Écritures chrétiennes ne correspond pas véritablement à la situation des communautés chrétiennes modernes, et critique de la pensée sacrificielle PDF’une approche plus nuancée des Écritures, permise par l’érudition et la compassion, peut être cohérente à la fois vis-à-vis de la tradition chrétienne et de la compréhension moderne de l’univers. Spong a aussi été un fervent défenseur du féminisme, des droits des homosexuels et de l’égalité raciale au sein de l’Église comme au sein de la société dans son ensemble.


Réfléchir sur la barbarie des temps modernes et la comparer à la barbarie des temps anciens, en tant que l’une et l’autre ont à voir avec le sacré, telle est l’ambition première de cet ouvrage. Il s’agit de saisir l’implication des processus sacrificiels dans les violences politiques (et domestiques) majeures de notre temps. L’auteur met en parallèle les modalités des grands crimes politiques contemporains et la spécificité religieuse du sacrifice. Au mépris des interdits anthropologiques, il entend mettre en rapport la violence déchaînée et intrinsèquement destructrice des massacres de notre histoire avec cette autre violence – contrôlée, canalisée, domestiquée, ritualisée – qui préside, au sein du religieux, aux cérémonies sacrificielles.
Pour élaborer une critique de la pensée sacrificielle, il ne suffit pas d’analyser des rites qui comportent la destruction d’un être vivant, encore faut-il que cette analyse participe, d’une manière ou d’une autre, au démantèlement du processus. La meilleure façon de comprendre ce qu’est une cérémonie de sang, c’est de chercher à l’interrompre.
Il ne s’agit pas pour autant d’une attitude de moderniste sans mémoire. L’interruption de la destruction est au cœur de l’histoire des rituels. Les procédés de substitution symbolique remplacer un être humain, adulte ou enfant, par un animal, puis par un végétal – montrent que la critique de la violence du sacrifice est aussi traditionnelle que le sacrifice lui-même.

Luther embrasa la Réforme protestante en clouant à la porte de l’église de Wittenberg en 1517 les 95 Thèses dont il voulait débattre. Je publierai ce défi à la Chrétienté dans The Voice. La conception théiste de Dieu est périmée. Le langage théologique qu’elle induit perd aujourd’hui tout sens. Il faut élaborer une nouvelle façon de parler de Dieu. La compréhension de la personne de Jésus comme incarnation de la divinité théiste doit être également abandonnée.

La christologie traditionnelle n’est plus crédible. Le récit biblique d’une création parfaite et achevée, d’où l’humanité est déchue dans le péché, est un mythe pré-darwinien et un non-sens post-darwinien. Interpréter le dogme de la naissance virginale du Christ comme une vérité biologique, rend incompréhensible l’affirmation de sa divinité. Dans notre mentalité post-newtonienne, on ne peut plus interpréter les miracles du Nouveau Testament comme des événements surnaturels accomplis par une divinité incarnée. L’interprétation sacrificielle de la croix expiant les péchés du monde est une idée barbare et primitive provenant d’une compréhension de Dieu qui doit être abandonnée. La Résurrection est un acte de Dieu faisant passer Jésus dans le monde céleste. Il ne s’agit pas d’une réanimation physique prenant place dans le monde humain.

Le récit de l’Ascension, qui suppose un univers à trois niveaux, ne peut pas être transposé dans les concepts spatiaux de l’ère post-copernicienne. Il n’existe aucun principe éthique objectif, extérieur à nous, révélé par Dieu et formulé dans une écriture ou sur des tablettes de pierre et qui devrait régler à jamais notre conduite morale. La prière ne peut pas être une série de requêtes adressées à une divinité céleste, pour lui demander d’intervenir de l’extérieur dans notre histoire humaine. La résurrection ne doit pas être une récompense ou entraîner une punition. L’Église ne doit plus chercher à culpabiliser les fidèles. Tous les humains sont à l’image de Dieu, et chacun doit être respecté pour ce qu’il est. C’est pourquoi aucune discrimination n’est admissible selon des critères de race ou d’orientation sexuelle.

Gerald O’Collins, Professeur de Théologie Fondamentale, de l’Université Pontificale Grégogrienne, de Rome, a affirmé que les travaux de Spong « ne faisaient tout simplement pas partie du monde de l’érudition internationale. Aucun savant sérieux ne se fera avoir par ce livre. Il existe un livre critique intitulé Can a Bishop Be Wrong? Rowan Williams, l’ancien Archevêque de Canterbury, écrivit une réponse aux 12 points de Spong en 1998, quand il était évêque de Monmouth : « Je ne peux d’aucune manière considérer les thèses de Spong comme représentant un avenir chrétien défendable ou même intéressant. Traduit en français par Abigaïl Bassac: Né d’une femme.

Conception et naissance de Jésus dans les évangiles, Paris, Karthala, 2015. 1994 – Resurrection: Myth or Reality? Spong est le cousin de l’ancien sénateur démocrate William B. Il a lui-même vu la pièce une demi-douzaine de fois dans différents lieux aux États-Unis.

Career dates retrieved from The Bishop of Newark official website and Bishop Spong’s official biography on August 30, 2006. A Call for a New Reformation » by John S. Scott Stephens’ interview with John Shelby Spong: « I am very orthodox after all! Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 30 septembre 2018 à 20:38.