Alger, les nouveaux défis de l’urbanisation PDF

Bujumbura, alger, les nouveaux défis de l’urbanisation PDF capitale de la République du Burundi, est située dans l’ouest du pays dans la province de Bujumbura Mairie, au bord du Lac Tanganyika. C au cours des périodes les plus chaudes.


Dans la compétition engagée entre les grandes agglomérations du pourtour méditerranéen, Alger veut affirmer son rang de métropole nationale et internationale et jouer pleinement son rôle dans les échanges nord-sud. Mais face à ces défis le Grand Alger est confronté à nombre de contraintes : la maîtrise des flux migratoires, la crise du logement et des équipements de base, la gestion des héritages coloniaux et les modalités du passage en cours d’une économie centralisée vers des formes plus libérales. Depuis l’indépendance, les pouvoirs publics n’ont cessé d’élaborer des projets de modernisation, de renforcement de la centralité, d’organisation spatiale, s’accompagnant de remaniements des structures politico-administratives. Le présent ouvrage, présente un état des lieux et des évaluations, parfois sévères, sur les choix d’aménagement. Ces analyses résultent de la réflexion et des travaux d’une série d’enseignants-chercheurs en majorité algériens, tous préoccupés par la difficile problématique de l’aménagement d’une métropole. Il s’agit, en effet, d’assurer à l’ensemble des habitants, plus de bien-être, de meilleures conditions de logements, des équipements collectifs plus performants. Il s’impose aussi, dans une perspective raisonnée de développement durable, de prévenir les risques naturels, d’entretenir et de préserver les divers patrimoines bâtis et ce qu’il reste des espaces naturels ou agricoles. Pour tous les acteurs intervenant sur le Grand Alger, il faut s’atteler à une double tâche : organiser un étalement incontournable mais aussi gérer un renouvellement spatial et fonctionnel de la ville. Place à l’imagination

Bujumbura, comme l’ensemble du pays, connaît 4 saisons : la grande et la petite saisons sèches, la grande et la petite saisons des pluies. La population active dépasse les 300 000 habitants. Le noyau originel de Bujumbura fut un terrain de 100 hectares acheté au chef local le 10 août 1897 par des missionnaires allemands. La ville de Bujumbura apparaît comme un agrégat discontinu de quartiers aux visages très différents. Au moment de l’accession du Burundi à l’indépendance en 1962, Bujumbura ne comprenait que quelques petits quartiers.

Actuellement, elle compte de nombreux quartiers résidentiels inégalement équipés en infrastructures. Sa zone industrielle s’étend de plus en plus. Le royaume enclavé du Burundi, comme plusieurs pays africains, a dû attendre la colonisation pour être connu par le monde moderne et ainsi bénéficier de ses techniques avancées d’archivage. C’est pour cela que l’histoire du pays avant cette époque est quelque peu vague et l’on doit se reporter aux sources orales traditionnelles pour apprendre comment le Burundi était alors. Bujumbura fait partie du Burundi depuis des siècles.